image3

Mon passage au zéro déchet ressemble aux 5 phases du deuil

Après près de deux ans dans la démarche Zéro Déchet. J’ai été surprise de me rendre compte que mon parcours s’est bien inspiré des fameuses « 5 phases du deuil ». Si si, ça peu paraître étrange, mais je suis persuadée que beaucoup d’entre vous se retrouveront dans ces différentes phases ! 

Phase 1 : Le déni

Après avoir lu « Zero Waste Home », le livre de Béa Johnson , je n’ai pas voulu croire que j’étais moi aussi la cause d’un désastre écologique que l’espèce humaine ne saurait contrôler.  Je n’ai pas voulu voir tout de suite que moi aussi, sans m’en rendre compte, je contribuais bien largement à cet incroyable gâchis de nos ressources et que j’étais à la solde d’une société de consommation qui a fait de l’argent et de la possession une finalité en soit alors qu’ils ne sauraient l’être.

Phase 2 : La colère

J’ai donc commencé à réduire mes déchets. Sacs réutilisables, cosmétiques et produits ménagers maison, achats en vrac, cuisine fait-maison, ralentissement de mes achats… j’ai voulu aller toujours plus loin, et que tout le monde me suive dans cette démarche. Oui, mais une prise de conscience ne peut pas toujours être partagée. Ma famille a fait des efforts et j’en suis heureuse, mais aujourd’hui, leur mode de consommation et le mien sont encore bien différents. A cette époque, j’étais très énervée à chaque fois que quelqu’un revenait d’un super-marché full-pesticides avec des calories vides et surremballées. Aujourd’hui, j’ai appris à tolérer les comportements de chacun. Chacun fait ce qu’il veut après tout. Je fais mon maximum pour les inciter à faire des achats réfléchis, mais ils sont maîtres de leurs décisions.

 

Phase 3 : L’expression

Là, j’ai commencé à parler du Zéro Déchet à toutes les sauces ! Matin, midi, soir. Dès que l’on me posait une question (c’est quoi cette gourde? A tu as des mouchoirs en tissus? Sympa tes petits sacs en tissus ça sert à quoi?…) je partais bien volontairement dans un vaste exposé de mes actions pour une vie durable et minimaliste. Oui, mais à trop en faire, je crois vraiment avoir bloqué certaines personnes en passant pour une ahurie. Aujourd’hui, je répond simplement aux questions que l’on me pose sans en faire trop, et je redirige tout simplement vers Sortez Tout Vert si la personne est intéressée.

 

Phase 4 : La dépression

Le mot dépression est bien grand pour parler de ce qu’il s’est passé en moi pendant cette phrase, mais l’idée est là. Au fur et à mesure que mes déchets se raréfiaient, j’ai commencé à me dire que mon engagement, aussi important soit-il, ne serait jamais suffisant pour répondre aux enjeux planétaires. J’ai commencé à penser que ça ne servait à rien, si j’étais toute seule à le faire, et chaque fois que je croisais des personnes les bras chargés de vêtements du fast-fashion ou d’inutilités en plastique, je me surprenais à penser que les choses ne changeraient jamais…

En fait, c’est en voyant que de nombreux groupes sur le zéro déchet sur les réseaux sociaux rassemblaient des dizaines de milliers de personnes; en rencontrant une multitude d’entrepreneurs sociaux dans le cadre de mon travail, et tout simplement en décidant de créer ce blog pour contribuer d’avantage au changement auquel j’aspire pour la société de demain…que j’ai finalement réussi à dépasser cette phase.

Phase 5 : L’acceptation

L’acceptation qu’en fait, à part donner le meilleur de nous même, à part faire notre part de colibri, on ne peut pas faire grand chose. L’acceptation que c’est seulement en montrant l’exemple et en partageant ses bienfaits que nous pourront véritablement agir. Comme je le disais, pendant mon parcours, grâce à mon travail, j’ai eu l’occasion de rencontrer des dizaines d’entrepreneurs qui agissent chaque jour pour le monde de demain avec passion et foi. Pour eux, j’ai envie de croire que nos actions quotidiennes, aussi petites soient elles, rayonneront sur les générations futures jusqu’à ce qu’elles s’encrent naturellement dans le quotidien de tous sans effort.

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *